Quand le harcèlement en ligne mène au suicide

Le 10 octobre 2012, la jeune canadienne Amanda Todd se suicide après plusieurs années de harcèlement anonyme sur Internet. Judith Bruhn décrit cette affaire choquante.

Exposition des faits

A l’âge de 12 ans, Amanda Todd s’inscrit sur un site de rencontres où elle fait la connaissance d’un homme de trente ans qui la flatte et la convainc de lui dévoiler sa poitrine. L’homme prend alors une photo de ses seins qu’il fait circuler parmi les amis, la famille, les camarades et les voisins de la jeune fille. Cette dernière déménage et change d’école, mais l’homme continue à la suivre et à la harceler. D’autres élèves de l’école s’en prennent à leur tour à la jeune fille et l’attaquent physiquement. Suite a cela, Amanda commence à avoir des attaques de panique, elle se mutile et tente de se suicider à plusieurs reprises. Le 7 septembre 2012, Amanda, alors âgée de 15 ans, publie sur YouTube une vidéo de 9 minutes en écrivant sur des fiches cartonnées son histoire, les harcèlements subis, les attaques. Le 10 octobre de la même année, elle se suicide.

L'avis de l'auteur

Le cas d'Amanda Todd est choquant. Ce sont les harcèlements sur internet et à l'école qui poussèrent cette adolescente à se suicider. Faire circuler des images et harceler ainsi quelqu'un sur internet (ou ailleurs) ne peut en aucun cas être considéré comme une liberté d'expression légitime. Ce n'est pas une plaisanterie qui est simplement prise trop au sérieux par ceux qui ne peuvent pas y faire face. C'est une offense criminelle. De plus, traquer une adolescente, même sur internet, est une forme de maltraitance de l’enfant. Le harcèlement cybernétique peut faire l'objet d'une poursuite judiciaire selon la loi canadienne contre le harcèlement et de nombreux pays possèdent des lois similaires, voire mêmes plus spécifiques. Michelle Dean rappelait dans le New Yorker que la prise ou la transmission d'images sans commun accord préalable est punissable selon les lois du Canada et des États-Unis, tout comme dans beaucoup d'autres pays. Il est important de sensibiliser les citoyens a propos des multiples facettes du harcèlement cybernétique et de mettre en évidence le fait que ce dernier ne peut être protégé au nom de la liberté d'expression.

- Judith Bruhn

Lire davantage:


Commentaires (0)

Les traductions automatiques sont fournies par Google Translate. Elles vous donneront une idée générale au sujet du contenu mais ne peuvent pas rendre compte de façon précise et nuancée des propos de l'auteur. Veuillez vous en souvenir lorsque vous les utilisez.

  1. Votre commentaire est en attente de modération.

    “How many girls have to kill themselves before society realizes that cyber bullying leads to suicide.” Over the past years we have seen many incidents of suicide attempts due to cyber bullying. Yet some of us claim that bullying (in the sense of freedom of expression) should be protected under the 1st amendment. This philosophy is however a drastically ignorant approach to a matter that can have a deeper impact on a person’s mental and physical state than anticipated. In the case of Amanda Todd, physical and cyber harassment were tools used to drive her into suicide. We believe that this would not have happened if the extent of the verbal abuse could have been limited by the school regulations and public laws. In cases like these speech and hate speech must be differentiated and dealt with accordingly. Reflecting upon that statement, we are highly convinced and fully invested in the thought that Amanda Todd would have seen another day, if the hostility and malevolence of her classmates would have been confronted and address as harmful and as a criminal offence.

  2. Votre commentaire est en attente de modération.

    It is really a shocking news. Cyber bullying is one of the major problems for kids as they are exposed to different social media websites. Internet safety for kids are indeed these days and parental control programs helps protecting kids. I also use a parental control program for my kid’s safety.

  3. Votre commentaire est en attente de modération.

    What a terrible news!

    This is not only about the privacy, but the right to life. To protect users from cyber-bullying is a key topic that administrators must concentrate on.

    Free speech is consist of rights to speak and the protection of personal reputation.

Faire un commentaire dans n'importe qu'elle langue

Dossiers

Faire glisser vers la gauche pour faire apparaître tous les points forts


Le Débat Sur La Liberté d'Expression est un projet de recherche du Programme Dahrendorf pour l'étude de la liberté au Collège St Anthony, Université d'Oxford.

L'Université d'Oxford