Mein Kampf utilisé comme satire

Le comédien allemand Serdar Somuncu récite des extraits de Mein Kampf pour mettre en évidence l’absurdité de la propagande de Hitler, explique Sebastian Huempfer.

Exposition des faits

Dans son spectacle, L’héritage d’un meurtrier de masse, le comédien allemand Serdar Somuncu récite des extraits du pamphlet d’Adolf Hitler Mein Kampf pour mettre en évidence l’absurdité de la propagande de son auteur. De 1991 à 2001, le spectacle de Somuncu a voyagé à travers l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, où la vente et l’achat de Mein Kampf sont interdites. Avec plus de 1’428 représentations, Somuncu affirme avoir atteint une audience totale de 250’000 personnes, dont beaucoup d’écoliers dans des établissements allemands, et il se nomme lui-même «la seule personne autorisée à lire des passages de ce livre». Il a été à plusieurs reprises forcé de porter un gilet pare-balles et de demander la protection de la police en raison de menaces de groupes néo-nazis opposés à son spectacle. Dans les villes allemandes comme Schwerin et Ingolstadt, des membres du Gouvernement local de différents partis ont essayé d’empêcher Somuncu de se produire sur scène, en expliquant que lire Mein Kampf violait les règles de décence communes.

Le ministère des finances de l’état de la Bavière est le propriétaire officiel de Mein Kampf jusqu’à ce que les droits d’auteur sur le livre expirent le 1er janvier 2016. Jusque-là, la vente et l’achat du livre sont interdites en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Cependant, il n’est pas illégal de posséder le livre. Les versions en ligne de Mein Kampf sont disponibles gratuitement dans beaucoup de langues. Il y a eu quelques débats sur la question de la vente possible de Mein Kampf à compter de 2016. Certains, y compris Somuncu, pensent qu’interdir le livre créerait une aura de mystère autour de lui, tandis que quiconque essayerait de le lire se rendrait tout de suite compte qu’il est «bon à jeter» et contient l’une «des théories les plus confuses et futiles de l’histoire». D’autres affirment que le livre devrait être interdit pour protéger la mémoire des victimes du Troisième Reich et/ou parce qu’il demeure une propagande dangereuse, symbole du nazisme. Le président de l’association bavaroise des enseignants avance même que Mein Kampf ne devrait pas du tout faire l’objet de discussion dans les écoles secondaires, pour éviter que les élèves s’intéressent au livre.

L'avis de l'auteur

Je ne pense pas que le spectacle (ou le livre) devrait être interdit. J'ai visionné cette vidéo YouTube d’un des spectacles de Somuncu avant de rédiger ce commentaire. Somuncu ne lit pas simplement Mein Kampf. Il n'utilise pas non plus de blagues politiquement incorrectes pour arracher quelques rires gratuits de la part d'une audience ignare. Le spectacle de Somuncu est une forme d'éducation par la satire. C'est un bienfait pour la société parce qu'il force les gens à confronter un document historique crucial avec sa signification actuelle. Et il fait rire.

Toutefois, je comprends qu'une personne qui a souffert du type de haine et de bigoteries que Mein Kampf promeut ne voudrait pas être confrontée avec un quelconque extrait du texte, et pourrait trouver le rire des autres à ce sujet insipide et même blessant. C'est un réel problème de voir des gens rire de l'absurdité de la propagande raciste et antisémite en oubliant que tant le racisme que l'antisémitisme existent encore dans nos sociétés, en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

Tout bien pesé, cependant, je pense que les avantages de ce genre de comédies intelligentes sont supérieurs aux effets secondaires nocifs. La contribution au débat public et à la mémoire historique ainsi que le bienfait de l'expression artistique libre, dans ce cas à tout le moins, surpassent l'offense que le spectacle pourrait constituer. C'est particulièrement vrai parce que chacun peut librement choisir d'assister ou non au spectacle de Somuncu.

- Sebastian Huempfer

Lire davantage:


Commentaires (4)

Les traductions automatiques sont fournies par Google Translate. Elles vous donneront une idée générale au sujet du contenu mais ne peuvent pas rendre compte de façon précise et nuancée des propos de l'auteur. Veuillez vous en souvenir lorsque vous les utilisez.

  1. I agree with Sebastian that no matter what one thinks about the general legality of voicing these opinions (and I agree with Jack here as well), clearly, context is key.
    It is legal in Germany to screen Nazi propaganda movies like ‘Jud Suess’ if they are framed by an appropriate introduction and commentary that furthers sceptical and critical thinking. Clearly, comedy can do the same.

  2. Should he be allowed to? Absolutely! Even if he agreed with the poison. And even if the book was outlawed in Germany. What are people afraid of?–that they, and others, have such weak minds that they will be influenced by it?

    • Yes, that’s one argument. It’s probably not the most important one though. What do you think about the other arguments – respect for the victims, a desire to remove the symbols of the Third Reich from all public spaces, the offence this might cause, etc.?

      • *the offence this show might cause

Faire un commentaire dans n'importe qu'elle langue

Dossiers

Faire glisser vers la gauche pour faire apparaître tous les points forts


Le Débat Sur La Liberté d'Expression est un projet de recherche du Programme Dahrendorf pour l'étude de la liberté au Collège St Anthony, Université d'Oxford.

L'Université d'Oxford