Le «Lexique du Cheval d’Herbe Boueuse»

Le «Lexique du Cheval d’Herbe Boueuse», une collection de satires chinoises en ligne est un exemple de la créativité sans fin de l’esprit humain, selon Amy Qin.

Exposition des faits

Au début de l’année 2009, une vidéo d’apparence anodine appelée «la chanson du Cheval d’Herbe Boueuse» fut postée sur un site web chinois. La vidéo représentait un «Cheval d’Herbe Boueuse» ce qui, en chinois, ressemble fortement à une phrase interdite signifiant «baise ta mère» évitant ainsi la censure en vue de «l’harmonie», un mot de propagande, souvent utilisée par le Parti Communiste Chinois (PCC). La vidéo satirique se propagea immédiatement au sein de la communauté chinoise en ligne, propulsant ainsi le cheval d’herbe boueuse comme le symbole en ligne d’un mouvement protestataire visant à éviter la censure du CCP tout en le raillant.

Le «Lexique du Cheval d’Herbe Boueuse» inspira rapidement la prolifération de piques chinoises sur la censure d’internet et sur la rhétorique prosaïque du PCC. Par exemple, les internautes appelèrent l’événement politique sensible du square de Tienanmen ayant eu lieu un 4 Juin «le Trente Cinquième Jour de Mai». Le China Digital Times, un site d’information bilingue fondé par Xiao Qiang à l’Université de Californie, à Berkeley, a rassemblé ces satires subversives pour créer le “Lexique du Cheval d’Herbe Boueuse”, un sommaire dans le style de Wikipedia qui traduit les termes inventés par les internautes chinois. Ce faisant, le China Digital Times espère contribuer à une meilleure compréhension du «discours de résistance» qui a «forcé une ouverture dans la liberté d’expression et dans la société civile en Chine.»

L'avis de l'auteur

Le «Lexique du Cheval d’Herbe Boueuse», un catalogue satirique en ligne chinois est un exemple de la créativité sans faille de l’esprit humain. Même face à l’augmentation de la répression conduite par la censure en ligne, les citoyens chinois ont réussi à trouver des moyens innovants et créatifs pour faire transpirer leurs opinions. Comme en témoigne le «Lexique du Cheval d’Herbe Boueuse», de nombreux internautes chinois ont ravivé les discussions sur d’importants problèmes historiques et politiques que le PCC préférerait glisser sous le tapis comme le «Trente Cinquième Jour de Mai» ou le «Cheval d’Herbe Boueuse». Il est néanmoins important de se souvenir que ce discours satirique de résistance reste confiné à un segment mince de la population chinoise et que la plupart des chinois demeurent des sujets passifs quant à la mobilisation criante sur internet.

- Amy Qin

Lire davantage:

Faire un commentaire dans n'importe qu'elle langue

Dossiers

Faire glisser vers la gauche pour faire apparaître tous les points forts


Le Débat Sur La Liberté d'Expression est un projet de recherche du Programme Dahrendorf pour l'étude de la liberté au Collège St Anthony, Université d'Oxford.

L'Université d'Oxford